Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog-Bazar de Bestiole depuis juin 2008
  • Le blog-Bazar de Bestiole depuis juin 2008
  • : mes créations en Fimo, mes orchidées et mes sujets préférés: maternage et maternité !
  • Contact

http://zabestiole.free.fr/Lecture_decouverte.png

 

                   Maternité

 

les-10-plus-gros-mensonges-sur-l-accouchement intimes naissances 

  grossesse2

 

 

          Pâte Polymère

 

sophie arzalier donna_kato_Creative effects

Under the Sea Christi Friesen

Rechercher

un compteur pour votre site

En ce moment, il y a

personne(s) sur ce blog

 

 

 

24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 16:12

Je sais combien les témoignages d’accouchement peuvent être importants dans leur façon d’ouvrir une porte sur notre vision des choses…il y a peu, Sandra a accouché chez elle, à Singapour j’ai été bouleversé de lire le récit de ce magnifique événement et je me suis  dit qu’il serait intéressant de le partager avec d’autres femmes, mamans et futures mamans, il est déjà en partage sur son blog et je vous le retranscris ici.

Chaque femme a son propre parcours lié à sa ou ses maternités, pourtant on retrouve souvent des similitudes, dans les questionnement, dans le cheminement personnel, similitudes qui sont d’après moi encore plus évidentes quand il s’agit d’un accouchement à domicile…cette éventualité fini souvent par devenir une évidence quand on a vécu de mauvaises expériences lors d’accouchement précédents (souvent le premier puisqu’on a aucune référence avant ! mais certaines n'ont pas peur de se lancer dans l'aventure de l'AAD pour un 1er ;)). Souvenirs désagréables, sentiments d’incompréhension, voir d’humiliation et parfois traumatismes font qu’inévitablement on se pose des questions sur le supposé respect face aux femmes enceintes et à leur bébé qui, ignorantes et ignorés, se laissent conduire, diriger, malmener, jusqu’à ce que…

Comme toutes ces femmes, j’ai moi-même de mauvais souvenirs de mon 1er accouchement…selon les critères hospitaliers on pourrait pourtant considérer qu’il s’est bien passé puisque ma fille se portait bien (…), qu’on n’a pas eu besoin d’utiliser des instruments et que la situation n’a pas été jugée grave ou ou nécessitant des gestes d’urgence….toujours est-il que j’ai un souvenirs amer de cet jour et que pour rien au monde je ne voudrais revivre ça de cette manière!

Quand on parle d'AAd, les gens répondent "et la sécurité"! avant de vous écrire un article sur les risques et surtout les avantages d'accoucher chez soi je dirais: lisez! lisez des témoignages comme celui de Sandra, c'est son expérience, c'est son histoire mais c'est aussi une fenêtre sur "autre chose", ce que toute femme devrait pouvoir vivre si elle le souhaite, c'est la façon la plus pure et la plus primale de mettre son enfant au monde (bon je sais ça fait un peu guimauve comme façon de dire ça mais j'avais pas d'autres mots ^^') et c'est à mes yeux le plus beau cadeau qu'on peut lui faire quand on se sent prête pour ça...

 

La suite est ici...

"...Je suis enfin prête à écrire ce post. Eléonore dort dans son hamac, je bois ma tisane Mommy's Milk, je ferme les yeux et je repense à mon accouchement. Je me suis gardée de parler de notre choix (accoucher à la maison) ici pendant toute la grossesse - et pourtant l'envie ne manquait pas. Je me suis aussi gardée de dire ouvertement que nous allions rester à la maison cette fois. Pas par lâcheté mais simplement parce que je voulais vivre cette attente sereine et ne pas commencer avec (parfois) de parfaits inconnus une discussion polémique sur le pour/contre de l'AAD. Je ne voulais pas non plus faire un blog militant mais ceux qui me connaissent savent que je chemine sur les voies de l'accouchement naturel depuis un moment et s'en sont doutés ;-)).En fait si je réfléchis bien en 1997 déjà, quand j'attendais Aubin, je m'étais posé des questions. J'avais lu A Corps Consentant de Marie et Thérèse Bertherat - un livre sublime sur l'écoute du corps et je m'étais dit que je voulais accoucher comme ça. J'ai grandi dans un pays ou accoucher à la maison était parfaitement normal et où les femmes enceintes allaient en priorité voir une sage-femme. Jamais on ne parlait de gynéco, de péridurale. Mais j'avais 24 ans, je débarquais en France, le top en matière de soins en santé et je me suis laissée guidée par naïveté peut être, ignorance sûrement. J'étais aussi en DEA avec une forte tendance à intellectualiser tout (cela n'excuse rien mais a posteriori je ressens cela comme ça). La tête a pris le dessus. J'ai toujours été dans une attitude de "on verra bien", attitude qui ne mène à rien, aujourd'hui j'en suis persuadée. Une naissance ça se prépare. Même la quatrième fois.
Pour Aubin j'ai eu la totale: peri, ocyto, maxi-épisio, poussée dirigée, bb en isolette les deux premières heures. J'ai réussi à l'allaiter six semaines tout de même. Et j'étais heureuse. Parce que tout c'était bien passé. Accouchement normal dit-on. Pas de pépin donc heureuse. Les suites de couches en HAD et donc sortie précoce. Avec le recul pour une primipare c'est totalement inacceptable. Maxi baby-blues et stressée en permanence de mal faire. La maladresse des premières fois multipliée par dix parce que je n'avais pas autour de moi tissé ce cercle de femmes si précieux et parce qu'on mettait tout en doute (vous allaitez toutes les trois heures? est ce qu'il fait ses nuits? vous êtes stressée c'est pour ça qu'il fait de l'eczéma)
Il a fallu mûrir encore, deux autres naissances, toutes belles et sans pépin, la dernière toutefois vécu avec une certaine amertume, il a fallu que je sois meurtrie dans la chair et dans la tête par un chirurgien boucher, il a fallu perdre un bb et une trompe pour que je me pose enfin les bonnes questions.
Cette fois j'étais en colère. Après la naissance d'Elvire (celle où je voulais encore rester à la maison et où on m'a ordonné de venir à la mater, celle ou j'ai bu en cachette, celle ou j'ai quand même eu la péri alors que je ne la voulais pas, celle ou j'ai pu avoir ma fille en peau à peau pendant deux heures) je me suis mis à chercher. Pourquoi traitait-on le corps des femmes avec autant de mépris? Pourquoi n'arrivait-on jamais à accoucher comme on voulait vraiment? Pourquoi ce silence pesant sur les fausses-couches? Pourquoi toutes ces femmes déprimées (1/4 des femmes souffrent de dépression post-partum - chiffre non reconnu)? Et les bébés dans tout ça?
J'ai découvert le métier de doula. Un monde de femmes s'est ouvert à moi. Des femmes militantes, féministes, revendicatives. Des femmes puissantes que j'ai beaucoup admiré. Qui disaient tout haut ce que je pensais tout bas depuis si longtemps. Ma passion pour le monde de la naissance et les bébés y a trouvé tout son sens. Tout d'un coup mon métier de prof paru bien fade. D'un congrès à un autre, d'une formation à l'autre, je m'enhardis , je m'épanouis et ce que j'apprends me terrifie. Sommes-nous tombés si bas que nous ne voyons plus les réelles conditions dans lesquelles les femmes doivent donner la vie? Dans lesquelles les petits de l'homme naissent souvent dans un mépris total pour leur ressenti à eux?
Je ne commencerai pas ici la longue liste de mensonges et de non-dit autour de la grossesse et de l'accouchement.
Mais cette fois j'avais sous le bras mes dossiers, ma recherche, ma hardiesse, mon expérience. J'avais un homme à mes côtés qui avait cheminé avec moi, écouté patiemment, acquiescé, dit que oui j'avais raison, et qui s'est senti suffisamment en sécurité, qui a bien voulu me faire confiance. Et curieusement j'avais entrepris de relire Bertherat.

Le déménagement à Singapour et la grossesse furent un obstacle majeur. J'avais imaginé accoucher à la maison avec mes soeurs-doulas françaises, et LA sage-femme géniale dont tout le monde parlait. Finalement j'ai eu mieux. Non seulement j'ai trouvé une sage-femme libérale qui pratiquait le domicile avec une grande expérience mais aussi deux gynécologues-obstétriciens partant pour l' AAD. Et cerise sur le gâteau: une petite entreprise de doulas et d'éducatrices en périnatalité qui m'ont accueilli les bras ouvert et qui sont une à une venues former un cercle de soutien autour de moi. J'ai pu préparer mon AAD dans d'excellentes conditions et j'avais autour de moi une équipe de choc en qui j'avais toute confiance. Je ne me suis plus jamais posé la question d'un retour à la maternité.

...Alors accoucher à la maison c'est comment?
J'étais tellement prête que je ne me suis finalement rendue à l'évidence que j'étais en train d'accoucher que très tard. Après les nombreux faux départs je me disais "mouais, ça peut encore s'arrêter".
Oui mais alors, c'était comment?
Je peine à trouver les mots, je vous assure.
Je n'ai pas eu le stress de prendre la route en voiture pour aller à la mater. Je n'ai pas eu à me faire examiner par deux ou trois parfaits inconnus. Pas de tv (toucher vaginal), pas de monito qui serre et qui foire toutes les trois minutes. Pas de machines qui font bip. Pas de prise de sang. Pas d'obligation à m'allonger sur le dos (qui a donc inventé ça hein?). Pas de chemise d'hôpital. Pas de perf. Pas d'inconnus qui rentrent et sortent de la pièce. Pas d'interdiction de manger ou de boire. Pas de péri.
J'ai eu la totale liberté de mouvement, mon canapé, mon homme. Mes bougies, mon obscurité. Ma salle de bain, mes femmes. J'ai mis mon bébé au monde sans que personne ne me dise quand ou comment pousser. J'ai pu la prendre contre moi tout de suite et on lui a fichu une paix royale. Pas de tubes en plastique, pas d'aspiration, pas frotté, tapoté, examiné, baigné. Pas habillé. La délivrance à duré plus d'une heure. En France j'aurais eu droit à l'injection d'ocyto voire la menace d'une délivrance manuelle ou sous AG (anesthésie générale). On m'a foutu une paix royale et le placenta est arrivé tout seul. Pas de cordon tiré, tripoté. Que d'infinie douceur et de respect. De silence, de regards. Regarder la nature faire. Elle sait faire, elle est faite pour faire. Et quand on la laisse faire, quand on cesse d'intervenir, finalement, elle nous le rend infiniment.

L'
AAD n'est pas à la portée de tout le monde. Aujourd'hui je peux dire que c'était le bon choix pour moi. Je ne suis pas pour l'AAD pour tous mais je milite pour le choix. Je pense que chaque femme devrait pouvoir choisir: à la maison, en maison de naissance, à l'hôpital. Du moment que la femme et l'enfant sont écoutés, traités avec respect. Je remercie ma Terre-Mère de m'avoir fait vivre ce magnifique cadeau - un cadeau de vision et de lumière, de vie sacrée et d'authenticité intérieure retrouvée."


Si certaines d'entre vous veulent bien témoigner de leur AAD, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail !! et un grand merci à Sandra pour ce pur moment d'émotions ^^

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Maud 17/07/2009 10:55

Ce récit est fabuleux !!!

Bestiole 31/07/2009 17:18


merci Miss! ^^


mekati 01/03/2009 21:32

merci de ce partage...Tu peux utiliser mon récit si tu le souhaites ;)BIZZMagali

Bestiole 24/03/2009 09:26


Je tarde à te répondre!! merci pour photos  et j'espère que tes loulous vont bien!
Je prépare un article avec ton témoignage ;)


Ma Page sur Hellocoton

      

 

 

Mes livres du moment:


Sweet Sweets

(pâte polymère)


sweet-sweets.jpg

 

 

Jean Liedloff

Le concept du Continuum 

 

Continuum-Concept

 

 


http://mirzule.free.fr/images/foto52_blog.png

 


 

 





 

 
   

 







 






 






 

 



           

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

toque bouton  

 

  Avi, Bif& Lilowen

 

 

 

 





 

 

 


     

 


 


 

 


 

 

   


 

 

 


Les yeux au ciel,
les pieds sur terre...

 

 


 

 

 

 

http://mirzule.free.fr/images/julie_blog.png

 

 

Olosta

 

 

  critik bouton

 


 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://mirzule.free.fr/images/mafalda.png

 

 

patouill bouton

 

 

 

 

 

 

http://mirzule.free.fr/images/kokikil.png

 

 

http://mirzule.free.fr/images/oprah.png